Honora Bay Riding Stables

Honora Bay Riding Stables

Rien n’est facile dans la vie, et certainement pas quand il faut nettoyer, nourrir et surveiller une trentaine de chevaux. Mais si vous vous appelez Kyla Jansen, propriétaire des Honora Bay Riding Stables, vous ne voudriez pas qu’il en soit autrement. Installée sur l’île Manitoulin, Kyla a travaillé d’arrache-pied pour faire de son centre équestre un des plus écologiques du Canada, un accomplissement qui lui a valu une distinction nationale en mars 2011. L’évolution de son entreprise jusqu’à la réussite qu’elle connaît aujourd’hui a débuté avec une demande de fonds à la Société de gestion du Fonds du patrimoine du Nord de l’Ontario.

Dompter le soleil

Kyla dit qu’elle n’avait pas prévu d’être propriétaire d’un centre équestre, surtout pas écologique, et que c’est le destin qui l’a voulu. Elle a acheté les écuries de ses voisins en 2002 et a déménagé dans la carrière de gravier de son père en 2006. Elle a tracé ses propres sentiers, construit de nouvelles écuries pour plus de 30 chevaux et créé un manège intérieur de 66 pieds sur 120 en utilisant du bois local. Et comme si ces travaux ne l’occupaient pas assez, elle devait composer avec l’absence de service d’électricité et faire plusieurs voyages pour aller chercher de l'eau pour les chevaux. C’est ce qui l’a amenée à acheter une génératrice à essence. Même si cette machine a sans nul doute largement facilité son travail, c’était quand même une solution coûteuse et extrêmement bruyante.

La nécessité étant la mère de toutes les inventions, Kyla a présenté à la SGFPNO une proposition pour acheter un système solaire pour remplacer la génératrice. Ce que la SGFPNO a accepté. « Je n’aurais pas pu agrandir le système solaire pendant plusieurs années sans l’aide de la SGFPNO » affirme-t-elle. Elle a maintenant assez d’énergie propre pour faire fonctionner tous les appareils et l’éclairage dont elle a besoin pour exploiter le centre équestre tout l’hiver. Même si elle conserve la génératrice comme dépannage éventuel, elle exploite le système solaire le plus possible et n’a pas de facture mensuelle à payer.

« Pour la première fois, je n’ai pas besoin de hurler pour couvrir le bruit de la génératrice quand je donne des leçons d’équitation. J’entre, j’allume la lumière et je peux enseigner. C’est formidable! »

En selle pour des lendemains prometteurs

Et les choses semblent aller de mieux en mieux pour Kyla. La communauté de Manitoulin a ouvertement accepté son entreprise qui a créé de nouvelles possibilités pour les jeunes et des emplois. En été, elle attire des touristes dans l’économie locale avec des camps pour les enfants, des leçons d’équitation et jusqu’à 40 cavaliers qui sillonnent les sentiers chaque jour. En hiver, elle offre des leçons d’équitation après l’école, de 16 h à 22 h. Ces leçons sont très populaires auprès de la jeunesse locale; les inscriptions sont passées de 8 en 2008 à 30 en 2010. Certains de ses élèves viennent même d’aussi loin qu’Espanola et la rive Nord.

Les choses vont tellement bien en fait, que Kyla conserve un employé pendant l’hiver, d’abord pour les écuries. « Mon employé m’aidera à enseigner parce que les inscriptions augmentent tellement vite que je ne peux pas donner toutes les leçons, dit-elle. Nous avons maintenant du patinage artistique, du hockey et de l’équitation. Il n’y a jamais eu de possibilités comme cela à Manitoulin auparavant. »

De grands plans pour l’avenir

Kyla regarde l’avenir en réfléchissant aux améliorations écologiques pour ses écuries et planifie d’ajouter une grange à foin et une fosse à fumier aérée. Elle a déjà installé deux pompes à museau sur mesure à l’épreuve du gel qui permettent à ses chevaux de s’abreuver eux-mêmes tout l’hiver sans utiliser d’électricité.

Avec l’aide de la SGFPNO, les Honora Bay Stables sont devenues une entreprise prospère et durable dans le Nord de l’Ontario, que les propriétaires de chevaux de tout le Canada ont récompensé pour ses initiatives écologiques. Kyla, propriétaire, gestionnaire, maréchale-ferrante, guide et monitrice d’équitation, ne pourrait pas être plus fière.

« Un jour quelqu’un m’a dit que quand on aime son travail, chaque jour est comme une journée de détente. Je ne peux pas dire que je ne travaille pas mais je fais partie de ces gens qui ont la chance de faire un travail qu’ils aiment vraiment. »

 

Pour en savoir plus sur nos programmes, s'il vous plaît visitez www.nohfc.ca/fr/programmes.
Fichier attachéTaille
profil_de_reussite_honora_bay_riding_stables.pdf64.81 Ko